Chronologie des Seigneurs de Vialas

Nous devons ici remercier Marie-Lucy Dumas pour avoir mis à notre disposition ses recherches.

 

XIIe s

Serait-ce le castrum de Montclar qui est ainsi désigné dans « Le charroi de Nismes » de Guillaume d’Orange ?

«  le Val sur Montcler » ?

1166 : fondation de la commanderie de Gap Françès qui possède des tenanciers et des terres sur St Maurice de Ventalon, Pierre Froide, en bordure de la paroisse de Castanhols
1166 : fondation de Mas Camargue par l’abbaye de Franquevaux
1188 : premier acte connu du premier prieur connu Guillaume, du prieuré de Gourdouze pour des pâturages à Malont, Malmontet et Méjannes (Bellecoste)
dispute avec l’abbaye de Franquevaux

XIIIe s

Début XIIIe s. : cumul des droits de la seigneurie de Montclar et de celle de Verfeuil
Début XIIIe : existence de l’église et du village de Castanhols
1214 : mariage d’Azalais Pelet fille de Raymond Pelet avec Guigue Meschin seigneur du Tournel : première mention de la seigneurie de Montclar
1239 : vente de censives par Bernard de Gourdouze au prieur de Gourdouze au Cros paroisse de St Andéol de Clerguemort
1236 : Hugues de Montclar chanoine de Viviers
1243 : destruction du castrum de Montclar en même temps que celui de Verfeuil par le sénéchal de Beaucaire « Item Petrus d’Astis destruxit et diruit duo castra quae tunc erant dicti Bermundi et ea tenebat et possidebat, scilicet castrum de Monteclaro et castrum de Viridifolio » : les Montclar sont coseigneurs un temps de Verfeuil
1243 : Bermond I incarcéré 7 semaines au castel d’Alès
1247 : plainte déposée par Bermond de Montclar, chevalier contre Pierre Lefebvre d’Athies pour avoir démoli son château, dégâts estimés à 200 livres tournois (Alestentium quaerimoniae, recueil des historiens n° 24 p 396)
1254 : accord entre le prieur de Gourdouze et de St Julien du Bourg et les délégués de Génolhac sur les droits à Novals
1257 : achat par Bermond de Montclar au seigneur de Verfeuil de certaines censes au terroir de Charbertence paroisse de Chausse
1259 : don par Guilhaume de Randon de 24 sestiers de vin et dune albergue de 4 chevaliers et un serviteur au prieuré Notre Dame de Gourdouze
1275 : les hommes de Gourdouze auront le même sort que ceux du mandement de Montclar pour les manœuvres, le guet, la garde et la construction du château
1275 : accord entre Bermond de Montclar et les habitants de Castanhols : nature et limite des corvées, droits de chasse, juridictions, censives et dîmes. (AD 30 I E 2944)
1275 : reconnaissance de Tiburge des Appenens à Bermond de Montclar pour des droits paroisse de St Frézal
Fin XIIIe : le seigneur de Montclar habite le château de Crouzas
1286 : échanges entre Bermond de Montclar et Estienne de Chausse : la moitié du mas inférieur de Sambuget contre le mas de Crozas
1295 : litige entre les deux hommes à propos de cet échange
Fin XIIIe s : le castel est réparé et en état de servir militairement

XIVe s

1301 : vente d’une terre à Jean de Montclar à la Moly Vielh par Marquèze veuve Durant Luc de Vern
1303 : hommage de Raymond de Montaut à Jean de Montclar pour la moitié du mas Bermondenc, le mas Salvanges et le Mas de la Bastide et tous droits au mandement de Montjoy
1303 : reconnaissance de Guilhem et Pons Chapdur pour le mas inférieur de Sanbuget à Jean de Montclar
1303 : reconnaissance de Pons et Bernard du Villaret de Tremuejols à Jean de Montclar
1303 : monstre d’armes des hommes de Val Villardès
1303 : reconnaissance de G d’Ombras à Jean de Montclar pour des propriétés au mas de Gournier et de Garissel
1305 : acte du paréage avec le roi de France concédé par Jean de Montclar
1310 : acquisition par Jean de Montclar de terres à Tanhac (paroisse de Chausse)
1311 : échange entre Jean de Montclar et Jaucerand Pelet : Pelet cède ses droits au mas de l’Hermet (paroisse de Génolhac) et au mas de Chauzare et Montclar lui cède tous ses droits au mas de Rouis paroisse de Sénéchas)
1313 : Bermond de Montclar achète un bien dans la paroisse de Chausse
1322 : existence de Jean et Guilhem de Montclar, damoiseaux
1327 : reconnaissance de Raymond et Pons Trobat de St Andéol de Clerguemort pour une prise d’eau au mas du Puech
1328 : hommage de Jean de Montclar à André de Budos baron de Portes
1329 : acte de paréage annulé à la demande du seigneur du Tournel
1330-1335 : reconnaissances féodales en faveur de Guillaume de la Garde seigneur d’Alteyrac à Tremuejols et Soleyrols
1332 : hommage des hommes de Nogaret à Jean de Montclar
1334 : vente par Sibylle de Peyremale à Abadon de Montclar de droits sur les Chapdur de Sanbuget paroisse de St Andéol de Clerguemort
1336 : accord entre Jean de Montclar et Odilon Guérin seigneur du Tournel sur les juridictions exercées en commun à l’avenir : de Montclar reconnaît au seigneur du Tournel la moitié de la juridiction du castel de Montclar et la mitié des hommages des hommes du castel et mandement, le quart de la justice et des hommages du castel et mandement de Montjoye (fonds Montclar)
1336 : le prieuré de Gourdouze possède Nouveau (Novals, paroisse de Génolhac)
1337 : monstre d’armes à Gourdouze des hommes appartenant à 10 villages faite devant le bayle de Montclar et de Montjoie
Le mandement de Montclar : Mas de Soleyrols, Ayraldenc, Bougèze, Tremiejols, Le Travers, Les Fabre, Le Viala, Massufret, St Maurice et le mandement de Montjoy
1339 : achat de Jean de Montclar d’une prise d’eau aux Apennens
1339 : échange entre Jean de Montclar et G de Montaut
1346 : Vielhe liève de Gourdouze du prieuré de Gourdouze : 113 personnes dans la paroisse de Castagnols, 8 à Chamborigaud, 86 à Génolhac, 12 au Chambon, 19 à Concoules, 9 à Sénéchas, 3 à St Etienne de Valdonnez, 10 à Pont de Montvert, 21 à St Maurice de Ventalon, 22 à St Frézal de Ventalon, 2 à St Privat de Vallongue, 8 à St Michel de Dèze, 3 à St Andéol de Clerguemort, 1 au Collet de dèze, 1 à St Julien des Points, total 318 tenanciers
1347 : la peste noire
1347 : achat par G de Randon à Jean de Montclar d’une prise d’eau au Luech à Chamborigaud
1358 : Noble Estève de Montclar donataire d’une terre à Sanbuget
1361 : une reprise de la peste
1361 : Etienne de Montclar fonde une chapelle à Notre Dame de Chausse
1363-1365 : reconnaissance féodale aux Montclar des tenanciers pour des terres à Castanhols : , Génolhac et St Andéol de Clerguemort : 46 reconnaissances dont 6 à Soleyrols, 8 à Polimies, 1 à Figeyrolles, 11 à Nogaret, 7 à Castagnols, 2 à Leboreta, 6 à Tremuejols, 1 à Villaret, 2 au Travers, 1 au Villar, 1 à Soteyranne, 2 à Sanbuget (fonds Montclar 1 E 2959)
Env 1363 : le prieuré de Notre Dame de Castanhols est un bénéfice de la collègiale de Bédouès fondée par Urbain V
1364 : première mention de la maison forte de Vialas dit le château (Mas de las Cours ou Mas de Roussel)
1378 : Jean Bon de Lezinha reconnaissance à Jean de Montclar pour des terres à St Andéol de Clerguemort
1386 : hommage à Thibaut Bedos de Jean de Montclar et Bernard de Cadoene
1387 : reconnaissance par Jeannette veuve de Johan Calvin du quart d’un moulin au vallat de Trémuejols
1398 : Bermond de Montclar vend le mas de la Vaissière et du Mazel à Johan Martin de Frutgères

XVe s

1410 : Union du prieuré de Notre Dame de Castanhols à la Collégiale de Bédouès
1414 : testament de Cebelic ou Sibylle de la Tour, veuve de Montclar
1431 : testament de Almueis de Montclar
1432 : le seigneur du Tournel est coseigneur de Montclar et de Montjoy
1433 : le prieuré de Gourdouze est ruiné par les routiers de Rodrigue de Villandro, les chanoines quittent le lieu pour ne plus y revenir
1435-1448 : reconnaissances féodales faites au Seigneur de Verfeuil par des habitants de Trémuejols (6) et de Nogaret (4)
1448 : un baile administre le prieuré de Gourdouze
1440 à 1497 : hommage de 30 habitants de Figeyroles (3), Le Travers (7), Tremuejols (6), Castagnols (1) , Soleyrols (5), Massufret (3), Vialas (3) et Villaret(1)  à Jean Merle seigneur d’Alteyrac et de Sénéchas
1456 : reconnaissance à Guilhem de la Fare Montclar par G Bonald du mas des Apens, paroisse de Ste Cécile
1481 : le mas de Lancières est acheté par Gap-Françès au prieuré de Gourdouze
1482 : hommage à l’abbé de St Gilles par le prieur de Gourdouze pour le mas de Lacières
1497 : reconnaissances féodales à Noble Jean Merle de la Garde seigneur d’Alteyrac des habitants de Figeyroles (2), Soteyranne (1), Le Fesc (2), Soleyrols (4), Massufret (3) Travers (6), La Redonde (1) Tremiejols (5), Castagnols (2) Vialas (1) Villaret (1) (Fonds de Roche 246)

XVIe s

1520 : reconnaissance d’Antoine Roure du Travers en faveur de Pierre de Tubières seigneur de Verfeuil
1562 : le baron de La Fare s’empare des biens du prieuré de Gourdouze
1563 : vente par le prieuré de Gourdouze de la juridiction de Montcuq à F Passebois de Nîmes
1577 : le baron de La Fare arrente son devois de pêche sur le Luech à Michel Roure du Travers, contre 8 livres et 12 truites par an.

XVIIe s

1600 : le castrum : un lieu officiel de la seigneurie et non plus une forteresse utilisable : un lieu broussailleux avec une chapelle en ruine
1609-1610 : reconnaissances féodales à Pierre Bondurant seigneur d’Elgeyrenc comme acquéreur de François de Molette de Morangiès, d’habitants de Massufret (5), Elgeyrenc (1), Soleyrols (6), Castagnols (1), Figeyrolles (6), Mazel (2) , Tremuejols (6), Peyrefrège ( 1) , le Travers (13), Arbousset (1), Le Moulin
(Fonds de Roch 243)
1641 ; Censives du seigneur d’Elgeyrenc comme ayant droit du Seigneur de Fontanilles sur le shabitants de Vialas (2), Soleyrols (6), Polimies (4), Le Mazel (1), Le Travers (18), Nogaret (7), Masufret (5), Tremuejols (1), Le Fesc (4) Legal (2) (Fonds de Roche 245)
1668 : le marquis de La Fare vicomte de Montclar vend l’office de régent (de justice) à Jean Bonijol
1671 : agrandissement de la maison fortifiée de Vialas par Jean Bonijol, régent (juge) du marquis de La Fare
1677 : Jacques de Roche seigneur d’Elgeyrenc, acquéreur de Bondurant, comme seigneur des lieux cités : Massufret (8), Soleyrols (13), Figeyrolles (5), Souteyranne (1), Mazel (3), Tremuejols (12), le Travers (17), Le Fesc (4) (Fonds de Roche 244)
1695 : le prieuré de Gourdouze fait l’objet d’un partage entre les La Fare et la maison mère du prieuré de St Nicolas de Campagnac

XVIIIe s

1711 : reconnaissance des emphytéotes de Génolhac à François de la Fare et de Montclar : 11 personnes
1777 : hommage du marquis de Villevieille, successeur de La Fare, au Comte du Roure pour divers lieux à Chamborigaud, Vialas, le Collet, St Frézal

 

ANNEXE  1 : documents sur le prieuré de Gourdouze

 

Les prieurs de Gourdouze : liste établie par Jean Pellet, complétée

1188 : Guilhem
1239-1249 : Guilhem Arnald
1250-1264 : Peyre Bertrand
1274-1282 : Bertrand de Mayrières
1285 : J de Monteils
128 ? : Peyre Hélie
1299-1329 : Guilhem de Caslario
1338 : Peyre de Ramis
1347 ; G de Crota
1353-1357 : Gaucelm Patriarche
1371-1406 : Arnald de Canet
1416-1417 : Jehan de Prunésio
1425-1447 : Gilles de Vinhall
1464-1474 : Pierre de Vinhal
1479-1483 : Pierre Sapientis ou Satge
1492 : Firmin Dayres
1503 : Guilhem Bolbeau
1516 : Firmin Dayres
1521 : Jacques Bolbeau
1539 : J de Gorgis
1561 : Martin Durand
1559-1562 : Jehan Ombras
Le prieuré passe sous la domination de La Fare jusqu’à 1640 environ
1672-1674 : Jacques de Cambronne
1672 : Prieuré inféodé à la famille de Donzel de Vialas
1791 : vendu en bien national
 

1188 : transaction entre l’abbé de Franquevaux et le prieur de Gourdouze

L’an 1188, au mois de juin, transaction passée entre l’abbé de Franquevaux d’une part et le prieur et les frères de Gourdouze d’autre, ou a mieux dire, sentence arbitrale rendue par l’évêque d’Uzès à raison du différend qui est entre lesdites parties, sur ce que ledit abbé de Franquevaux disoit que Guigues Meschin leur avoir donné son domaine et tout ce qu’il avait à Malmont, Malmontet et Méjanes, tant cultes que incultes, prés, bois, et devois en telle sorte que le dit abbé de Franquevaux pouvait faire labourer, planter et édifier.
Au contraire, ledit prieur de Gourdouze disoit que Odilon Garin père dudit Guigues et ledit Guiges Meschin leur avoit donné la faculté de faire dépaistre a toujours dans lesdits pâturages leurs bestiaux de ladite maison de Gourdouze.
Enfin ledit evesque ayant ouï les témoins produits de part et d’autre et les raisons et actes ordonna que les propres bestiaux de ladite maison de Gourdouze et non autres, à son nom, pourront dépaitre sans aucun empêchement de la part d’iceux de Franquevaux dans les susdits lieux.
Et que ceux de Franquevaux auroient les susdits lieux en propriété pour y faire labourer, planter, édifier, cueillir foin et bois, comme estoit contenu audit instrument de donation
.

Source : AD 30 H 2 ;27, cartulaire de Franquevaux, inventaire Germer Durand, descriptif publié par la société de Lettres, Sciences et Arts de la Lozère dans Archives gévaudanaises, Tome III, 1922, Mende
 

1640 : Etat des biens du prieuré (compoix de Vialas)

une métairie consistant en un mpoulin bladier, chazal de maisons, ayre, ayral et couderc au devant dudit moulin, contenant 2/3 de carte, pré arrosable au dessous de l’église de Gourdouze, une carte et demy carte, composé du 25e degré, chazal tout près de ladite église contenant en plats fonds 12 canes, avec le four, jardin arrosable sous le dit cazal, 6 dextres composé du 18e degré, pré appellé prat del fabre, contenant 5 cartes du 35e degré, terre labourative appelé le champ de la rivière contenant une cestérée trois cartes composée du 35e degré, devois, pâturages, issartiel, et sagnas dans lequel est incluse l’église et le cimetière dudit Gourdouze, le tout joint, confronté du chef et du soleil levant avec les terres hermes du prieuré où les habitants de Gourdouze ont faculté de faire despaitre leur bétail, du pied les terres des habitants de Nojaret, en partie du soleil levant les dits habitants de Nojaret et du couchant avec la rivière de Gourdouze, présage 14 sols 6 deniers

 

1672 : L’inféodation de la justice du prieuré de Gourdouze

L’an mil six cent septante deux et le deuxième jour du mois de septembre, avant midi, régnant très chrétien et souverain Prince Louis par la grâce de Dieu roi de France et de Navarre, par devant nous notaire royal soussigné et témoins bas nommés establi en la personne R.P. Jacques de Cambronne, chanoine régulier de St Augustin au monastère de St Nicolas de Campagnac, prieur et seigneur de Gourdouze coseigneur du lieu de Vialas et divers autres lieux dépendants de Gourdouze, lequel sachant qu’à cause des guerres civiles son dit prieuré de Gourdouze qui est situé dans un pais habité par des gens faisant profession de la religion prétendue réformée a été entièrement détruit et l’église abattue et depuis onze années qu’il en a été pourvu avoir travaillé incessamment pour la restauration d’iceluy et fin le sieur Jacques Donzel du lieu de Vialas l’avoir honestement et officieusement reçu dans sa maison diverses fois qu’il a été obligé d’aller audit Gourdouze sans lequel secours il aurait été bien en peine de se trouver maison à loger dans le dit lieu qui est au pied de la Montagne du dit Gourdouze iu le plus souvent on ne peut monter à cause des neiges glaces et autres mauvais temps et en reconnaissance des dits services avoir le 27 septembre 1664 passé acte de main privée pour une inféodation en faveur dudit sieur Donzel de la justice haute moyenne et basse de tous les biens que le dit sieur Donzel possédait relevant dudit prieuré sous la réserve de la directe droits de lods et censives comme plus au long sera exprimé  cy après, et la Damoiselle Jeanne de Donzel fille unique et héritière du dit sieur Donzel et femme de Monsieur Pierre de Ginoux, seigneur de la Reignerie et bons docteur et avocat, l’avons prié de rédiger l’inféodation par écrit de main publique pour la rendre plus authentique à cette cause le RP de Cambronne prieur et seigneur susdit pour lui et ses successeurs au dit prieuré en exécution de ladite acte de main privée de son gré et bonne volonté a inféodé et en cette qualité cède à fief franc noble gentil et honoré à la susdite damoiselle Jeanne de Donzel présente et pour elle et les siens stipulant et acceptant à savoir est la justice haute et moyenne et basse, mère, mixte, impère, civile et criminelle de tous les biens d’icelle à Eliel parvenus tant du chef du sieur Donzel que comme héritière de Demoiselle Anne Privat sa mère ou autrement pour tout ce qui relève dudit prieuré à l’exception de ce que la dite Demoiselle possède dans le lieu de Gourdouze qui n’est compris en présente inféodation ny aussi la directe et censive des biens dont la justice est inféodée avec pouvoir par la dite Demoiselle et les siens de créer des officiers pour administrer la justice et généralement jouir et user de tous les droits dépendants de la juste haute moyenne et basse, comme aussi lui inféode la facilité de chasse et de pêche dans toutes les terres dudit prieuré et faire chasser et pêcher par ses serviteurs et domestiques et les siens à toute sorte de chasse et pêche pour leur usage ; pour ce que dessus la dite Demoiselle et les siens pouvoir jouir perpétuellement à l’exception du lieu et terroir de Gourdouze promettant le dit sieur de le lui faire valoir et avoir à condition que la dite demoiselle et les siens lui en feront hommage et à ses successeurs au dit prieur les mains jointes et genoux fléchis toutes les fois que besoin sera qu’il règle et chaque mutation de seigneur et vassal et dans la monastère dudit Nicolas et non davantage  et sous l’albergue noble et annuelle d’un voile de calice n’excédant en valeur quinze sols payable chaque jour et fête de Noel et toute et chaque fois que le dit seigneur et ses successeurs dudit prieur iront dudit lieu de St Nicolas audit Gourdouse une couchée dans la maison de la dite demoisellle de Donzel au lieu de Vialas pour le couvert et le lit et pour l’observation de ce dessus, les parties ont obligé scavoir -ci la dite demoiselle tout et chacun ses biens présents et avenir et le RP de Cambronne tous ceux dudit prieuré et de ses successeurs aux rigueurs des cours de M le Sénéchal sigège présidial convention royaux de Nismes

Fait et récité au lieu de St Jean de Valériscle dans la maison du dit Sr de Reignerie présent Mre Gallié prêtre et prieur de St Jean et Mre françois Rocher prêtre et chanoine de l’église collégiale de Roqyemaure signés avec parties et moy Guillaume Boque notaire royal du lieu de St Florent, soussigné François de Cambronne prieur de Gourdouze, Jeanne de Donzel, Gallié prieur de St Jean, Rocher Chanoine, Boquet notaire
Fonds de Roche 248
 

ANNEXE 2 : documents sur les seigneurs de Montclar


Généalogie de la famille de Montclar et des successeurs

Hugues de Montclar chanoine de Viviers vers 1236
Demoiselle Bermonde de Montclar et son fils vers 1229
Bermond de Montclar + env 1247
Incarcéré 7 semaines au castel d’Alès a du payer 60 L
Bermond II 
Il habite Crouzas, Il porte plainte contre le sénéchal qui a ordonné la destruction de son château
Joan I + env 1305
Épouse la fille d’Etienne de Chausse (paréage avec Philippe le Bel)
Etienne de Montclar + env 1361
Épouse Isabelle d’Altier, fille de Raymond seigneur du Cham
3 enfants : Abbadon, Amorose se marie en 1349 avec Gaucelm de la Garde damoiseau de Génolhac et d’Alteyrac
Jean II + env 1341, épouse Sibylle de la Tour, veuve de Bérenger de Fontanille ; elle devient veuve et existe encore en 1393 (accora avec le prieur de Chausse)
Un bâtard Louis auparavant
Un trou
Almueis de Montclar + 1434, se marie
Avec Jacques de la Balme, sans postérité
Et en 1411 avec Guillaume de Chaudeyrac Seigneur de La Fare + env 1434
Guillaume II de La Fare, chevalier, seigneur de La Fare, la Tour, Fontanilles, Montjoye, baron de Montclar + 1501 ,
épouse Isabeau d’Aleyrac en 1452
Gabriel de La Fare, seigneur et baron de Montclar, des châteaux et mandements de La Fare, La Tour, Fontenilles, Montjoye, Cavillargues et La Veyssière, coseigneur de la baronnie de Monteil, tué au siège de Thérouanne en 1513 a épousé Marie du Claux fille d’Aimard du Claux en 1497
Pierre II de La Fare, baron de Montclar, de Montjoye, Servières etc capitaine des milices légionnaires de Languedoc, commandant de la ville de Mende en 1563, décédé en 1564. Il a épousé en 1529 Louise de Bucelly baronne de Salendreques
Jacques I de La Fare, baron de Montclar etc et seigneur du château d’Englas, commandant pour le roi des villes d’Alès et de Roquemaure en 1564, gentilhomme de la chambre du roi, épousa en 1576 Hélix du Puy dame de St Martin de Valgalgues
Jacques II de La Fare, vicomte de Montclar, baron de Salendrenques, marquis de La Fare, capitaine de cavalerie en 1658, se marie en 1612 avec Gabrielle d’Audibert de Lussan, (15 enfants)
Charles de La Fare marquis de la Fare de Montclar, né en 1613, lieutenant général des armées du roi, a épousé Jacqueline de Borne, dame de Laugères,
Antoine, fils de Jacques II de la Fare, marquis de la Fare, vicomte de Montclar, se marie en 1665 avec Marie Gracie d’Alleman, fille de Fulcrand, seigneur de Mirable et de Pompignan
Jean François de La Fare, né en 1669, lieutenant du roi en Languedoc, capitaine de cavalerie au siège de Fleurus en 1691, se marie en 1706 avec Marie de La Fare, sa cousine Dame Françoise Mélanie (née en 1712) 
se marie avec Jean Baptiste Raimond Pavée de Villevieille, héritière des marquisats de La Fare, Mirabel et Montclar
Dernier héritier du titre : David de Beauregard

1347 : protestation de Bermond de Montclar contre Pierre d’Atis, ancien sénéchal

Extrait des « Alesentium quaerimonia »
29 Asserit coram vobis dominis inquisitoribus a domino rege Francorum missi Bermundus de Monteclaro, miles, dicens quo Petrus d’Atis, quondam senescallus Bellicadri et Nemausi, cepit eum injuriose et sine causae cognicione, nulla causa rationabili existente, eumdem Bermundum captum detinuit in castro Alesti domini regis per VII hebdomadas et, antequam ipsum vellet dimittere, opportuit dictum Bermundum redimere et dare dicto Petro LX libras turonensium. Et expendit pro dicta captione, in expensis victus, XV libras turonensium.
Item dictus Petrus habuit a dicto Bermundo ex alia parte XXV libras turonensium.
Item Petrus d’Atis destruixit et diruit duo castra quae tunc erant dicti Bermundi et ea tenebat et possidebat scilicet castrum de Monteclaro et castrum de Viridifolio, dampnum cujus destructionnis et dirucionis aestimat CC libras turonensis.
Traduction :
29 Devant vous seigneurs enquêteurs envoyés par le roi des Français, Bermond de Montclar, chevalier se présente, disant que Pierre d’Atis, alors sénéchal de Beaucaire et Nimes, l’a arrêté de manière injurieuse et sans aucune raison connue ni aucune raison rationnelle existante, il a détenu le dit Bermond captif dans le château d’Alès du seigneur Roi pendant 7 semaines et à la suite de quoi il voulut le faire partir et il exigea dudit Bermond 40 livres tournois lequel dépensa pour le dit emprisonnement 15 livres tournois.
De plus ledit Pierre obtient du dit Bermond et d’autres parties 25 livres tournois.
De plus Pierre d’Atis détruisit deux châteaux qui étaient alors audit Bermond et que celui-ci possédait à savoir le château de Verfeuil et le château de Montclar dont les dommages de la destruction desquels il estime se monter à 200 livres tournois.

1431 : testament de Almueis de Montclar

Noble Almueis de Montclar dame de Montclar et de Fontanilles, épouse de Noble seigneur Guilhem de La Fare, chevalier, seigneur de La Fare, saine d’esprit, infirme et débile de corps… voulant donner son âme su Sr Créateur, Notre seigneur Jesus Christ, sa bienheureuse mère et toute la cour des citoyens d’en haut ; son corps : sépulture ecclésiastique au cimetière de l’église paroissiale de St André de Valborgne, tombeau des parents de mon mari, et après dès qu’il sera possible, je veux que soient exhumés les os de mon cadavre et qu’on les transporte au cimetière du monastère de Cendras…
1) Enterrement et legs au clergé
- Legs aux œuvres et prêtres de St André de Valborgne : 1 ecu d’or, deux gros d’argent une fois, une émine de seigle deux fois, aux pauvres au bout d’an 10 cestiers de seigle, plus 5 sols tournois à chacune des chapelles de l’église
- pour son enterrement : 50 prêtres et autant qu’on pourra en trouver à qui l’on donnera sur sa tombe 2 gros d’argent chacun, 4 au capellan de l’église, au bout de neuvaine, 50 prêtres à qui on offrira « un repas compétent et réfection due et compétente comme est de coutume à la patrie » plus 2 gros d’argent chacun ; au bout de l’an : de même !
- plus trente trentaines de messe pour son âme par les prêtres de St André, de Cendras, des frères mineurs des couvents d’Alès, Anduze et les frères prêcheurs des couvent d’Alès et de Génolhac.
- 10 moutons d’or pour un autel en l’église de St André
- 10 moutons d’or au couvent des frères prêcheurs d’Alès et au monastère de Cendras
- 60 moutons d’or pour vêtir les gens de sa maison et les pauvres
2) legs à la famille de son époux
- à son beau fils Peire de la Moline 25 moutons d’or
- à son autre beau fils Louis de La Fare le vivre le vêtement et la chaussure tant qu’il vivra et qu’il s’occupera des affaires de la maison, plus 100 écus d’or
- à sa belle sœur Marguerite de La Fare : vivre, vêtements et chaussures tnat qu’elle vivra et si elle ne vit pas avec mon héritier : 10 livres tournois
- à son mari « la seigneurie et l’usufruit le régime et le gouvernement de toute ma terre et de tous mes biens tant qu’il vivra
3) legs à ses servantes
- à sa servante Guilherme fille de Jehan Pomariol de St Martin de Lansuscle : 30 moutons d’or, si elle mourrait sans descendance : retour à mon héritier
- à Hermessende femme d’Etienne Pagès de St Martin de Lansuscle : 2 sestiers de seigle ou 3 moutons d’or
4) legs à son fils d’un premier lit
Bertrand fils de son premier mari Jacques de la Balme : 50 livres tournois, plus 100 moutons d’or, plus 50 livres tournois venant de sa grand-mère Sibylle, plus 100 moutons d’or
5) legs aux enfants de son deuxième mariage
- À Sileta, Margarita et Gaspare 1000 moutons d’or chacune, plus vêtements et joyaux à Sileta pour services, si elles meurent en âge pupillaire ces dons reviennent à leur frère
- Guilhem de La Fare son fils cadet : que son mari « le fasse enseigner en science compétente » il reçoit 200 écus d’or, 30 écus d’or pour acheter des livres chaque année et aussi longtemps jusqu’à ce qu’il soit pourvu de quelque bénéfice ecclésiastique », « s’il mourait en âge pupillaire ou s’il refusait d’être promu aux choses sacrée, sans descendance légitime, le legs revient à son frère ainé »…
6) son héritier universel
Noble Pierre de La Fare, « tous mes autres biens : censes, revenus, juridictions, meubles, immeubles, il paiera mes legs et payera mes dettes, recouvrera mes créances… s’il mourrait sans descendance, je lui substitue mon fils Guilhem s’il n’est pas encore promu aux ordres sacrés, au cas où il serait promu, je substitue l’un des enfants males de mes filles à désigner par mon mari »
Le testament est fait dans le claustre de l’église de St André.
Témoins : Rx Homme FR. Peire Arnaud, frère prêcherus du couvent d’Alès, Vénérables hommes Sr François d’Umbras curé, Antony Sarradolh, prêtre, Johan Portal, Peire Saurin junior, Peire Chatbal, Antony Fontanien, Guilhem Rebuli, Johan de La Font, Rd Rosset, P de Prunet, Johan Palmer junior de St André, Antoine Gente cherc de l’église dudit lieu du diocèse de Viviers, Laurent Pagès de la paroisse de Saint Prejet
Jehan Solayrols notaire royal et moi Jehan Solayrol junior clerc jruré dudit notaire ai écrit ce public instrument en ces deux peaux de parchemin par un double fil de chambre blanc ensemble jointes et cousues… »
Source : Fonds Montclar
 

Blasons

 

Les Guérin du Tournel : de gueules à une pont d’argent
Les Merle : D’argent à six merlettes de sable : disposés 3 de chef, 2 au centre , 1 en pointe
Les Molette de Morangiès : d’azur au cor de chasse d’argent, lié et enfiché de gueules qui est de Morangiès et accompagné de trois molettes d’éperon d’or 2 en chef et 1 en pointe qui est de Molette
Les La Fare : D’azur à 3 flambeaux d’or, allumés de gueules posés en pal.
Les Montclar ? pas de blason connu
Les Verfeuil ? pas de blason connu
Les Montjoye ? : pas de blason connu
Le prieuré de Gourdouze ? pas de blason connu
Le prieuré de St Nicolas de Campagnac : d’azur à un Saint Nicolas crossé et mitré portant une aumônière à trois bourses de même, sur un pont à trois arches, aussi d’or, maçonné de sable, et en pointe une rivière d’argent
 


Sources

Montclar :
Inventaire du Fonds Montclar par Jean Pellet et Marcel Daudé, consultable au centre de documentation du Parc National des Cévennes, 5 volumes
Fonds de Roche : dossiers 243 à 250 Vialas au Centre de documentation du Parc National des Cévennes
Alesentium quaerimonia, anno 1347 , in Recueil des Historiens tome XXIV, p 396

Prieuré de Gourdouze :
AD30  G 932 : registre des insinuations ecclésiastiques , fol 61 et 64
AD 48 G 2077 : les criées de Gourdouze
Prieuré Notre Dame de Castanhols :
Chartier du Champ 3 J 346 et 621
 

Bibliographie

 

Sur le castel et le site de Montclar :

Ferdinand André, Notes manuscrites, AD 48 J 900, p. 287, Vialas (1870).
Comte de Gennes, "Généalogie des Montclar, branche de Durfort", Lien des Chercheurs Cévenols, n° 110.
Abbé Roux, "Le Castellas", in Causses et Cévennes n°?.
Jean Pellet, "La seigneurie de Montclar au moyen âge", in Congrès de la Fédération historique du Languedoc Roussillon, 1973, p. 153 et revue.
Rapport de prospection archéologique en 1989 par R. Arthuis et F. Tillault sur le Castellas.
Rapport de prospection archéologique en 1989 de F. Tillalut et R. Arthuis sur le tumulus de Montclar.

Sur le prieuré de Gourdouze :

Pellet Jean :
"La Lieve Vielhe de Gourdouze", Lien des Chercheurs Cévenols, n° 110 (avec carte de rattachement des emphytéotes de Gourdouze).
"Quelques prieurs de Gourdouze", Lien des Chercheurs Cévenols, n° 111.
"Autour de Vialas, sous Philippe IV roy de France", in Causses et Cévennes n° ?.
(la monstre d’armes)

Abbé Roux :
"Du temps d’un prieuré : les criées de Gourdouze", Causses et Cévennes, n° ?.

Germer-Durand :
"Le prieuré et le pont de St Nicolas de Campagnac", in Mémoires de l’académie du Gard, 1863.

Sur le prieuré de Castagnols :

"Une possession du prieuré de Bédouès", in Bulletin de la société d’agriculture de la Lozère, 1920, p. 123-132.

Sur le site du castel de Montjoye :

Ferdinand André, Notes manuscrites, AD 48 J 900, p. 253 (1870).
Lorblanchet, site signalé en 1967, in DES « Oppidum de Montjoye ».
Rapport de prospection archéologique, R. Arthuis, 1989.

Webmaster éditorial: Stefan Mies / pour l'Association "Le Filon des Anciens"